AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Irish cob
Ven 28 Déc - 22:44 par kiki

» Question...
Mar 13 Mar - 22:41 par El Tharas Oriental

» Les points de pression à Cheval
Mar 28 Fév - 20:21 par kiki

» Des cavaliers musiciens dans le coin ?
Mer 22 Fév - 23:26 par Le Specialiste

» Question forum
Lun 20 Fév - 19:39 par El Tharas Oriental

» Coup de Gueule
Sam 18 Fév - 23:59 par El Tharas Oriental

» Bonne Fete
Sam 18 Fév - 10:47 par El Tharas Oriental

» Sujet complètement en dehor du thème du forum !!!!
Ven 17 Fév - 15:44 par marylou010387

» El Tharas Oriental
Mer 15 Fév - 20:34 par El Tharas Oriental

Ceux qui commencent le plus de sujets
kiki
 
El Tharas Oriental
 
Vuorinen
 
marylou010387
 
b.blues
 
zeltyrax
 
Le Specialiste
 
Quibus
 
cindy
 
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 La cession à la pression

Aller en bas 
AuteurMessage
kiki
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 35
Localisation : Haute Saône 70
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: La cession à la pression   Dim 12 Fév - 21:43

La cession à la pression

Une fois à cheval, toute notre communication sera basée sur le contact et s'effectuera par des pressions (des rênes, des jambes, etc.). Cette phase où nous allons apprendre à notre compagnon à céder à la pression est donc CAPITALE. Car s'il comprend ce principe : tout est gagné ! Prêt pour cette étape transitoire indispensable ?

Depuis le début de nos exercices, nous n'avons quasiment jamais touché le cheval. Mais n'oublions pas que le but est de monter notre compagnon. Avec le licol, le filet et notre corps, nous allons devoir communiquer par des pressions : sur le bout du nez, les ganaches, derrières les oreilles, sur l'encolure, à la sangle, derrière la sangle, etc. Pour que le cheval se déplace, tourne, bouge les hanches, fasse des figures de dressage... nous allons le lui demander par des pressions, auxquelles il devra céder. Exemple : le cavalier exerce une pression avec sa jambe gauche pour que le cheval effectue un deplacement vers la droite.

Nous devons donc, avant de commencer tout travail monté, lui faire comprendre ce principe : il doit céder à la pression. Sinon nous n'arriverons jamais à communiqueravec lui et à obtenirdes réponses. C'est donc l'exercice le plus important pour votre relation avec votre cheval car s'il comprend cela et c'il vous écoute, vous n'aurez plus aucun conflis avc lui !

Dans notre élément

le plus simple pour lui faire comprendre ce principe est de travailler à pied. Pourquoi ? Parce que nous sommes dans notre élément : sur nos deux jambes et nous ne sommes donc pas stressés par le fait d'être à cheval. Ce dernier n'aura pas non plus à gérer le poids du cavalier ou à s'habituer d'avoir un humain sur le dos s'il est jeune !

Attention : il s'agit d'un principe et non d'un travail d'assouplissement et de musculation : on ne va donc pas trop lui en demander mais par contre, il doit bien le comprndre. Car une fois intégré le principe de cession à la pression sur les hanches par exemple, il n'y aa aucune raison qu'il ne l'intègre pas pour l'épaule, l'encolure...

Une personne m'a dit un jour que son cheval répondait bien à la pression montée, qu'il était impeccable mais qu'il tirait au renard. C'est impossible car tirer au renard signifie justement qu'il ne cède pas à la pression du licol derrière sa nuqueet sur son chanfrein. S'il ne cède pas là pourquoi cèdeerait-il dans la carrière ?

Les hanches : le plus facile

Les seuls outils que nous allons avoir à notre disposition dans l'équitation, quelle que soit la discipline, c'est le respect de la cession à la pression. Pour enseigner cela à notre cheval : commençons par les hanches car c'est ce qu'il peut bouger le plus facilement.

Où appuie-t-on ? Sur la cuisse pour commencer. Peu à peu, nous nous déplacerons vers la zone de pression de notre jambe isolée, c'est-à-dire à 30 ou 40 centimètres derrières la sangle. Plus le cheval est jeune, plus nous nous devons d'être explicites et donc de commencer par exercer la pression en arrière. Pour un cheval plus expérimenté, il est possible de partir de moin loin.

Comment fait-on ? Nous allons nous appuyer sur la manière dont les chevaux communiquent entre eux dans le troupeau. Rappelez-vous : le cheval dominant va commencer par émettre de petits signaux pour faire comprendre à son copain qu'il doit s'éloigner de lui : tourner la tête, baisser les oreilles. Puis il va aller crescendo : montrer ses fesses, bouger la queue et si besoin, il va taper. Puis immédiatement, ce sera le retour au calme.

Nous aussi, nous allons exercer avec nos doigts des pressions de plus en plus fortes : nous allons commencer par effleurer le cheval et tant que nous aurons pas de réponse, nous allons augmenter la force de la pression.

Deuxième principe : les chevaux n'exercent jamais de pressions continues entre eux. Nous allons fairede même : nous n'allons pas appuyer de plus en plus fort mais nous allons relâcher entre chaque demande. Nous évitons ainsi qu'il ne s'appuie sur la pression, que font beaucoup de chevaux.

La pression doit être de plus en plus forte et arriver de plus en plus rapidement. À cela nous allons ajouter le kiss (bruit de bouche) que nous utilisons depuis le début pour mettre notre cheval en mouvement. Car justement, ce bruit est associé pour lui au mouvement, nous allons donc l'aider dans notre demande par cette aide supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://chevauxpassion.1fr1.net
kiki
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 35
Localisation : Haute Saône 70
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: La cession à la pression   Dim 12 Fév - 23:15

Se contenter de la volonté de bien faire.
Au début, nous n'en demandons pas beaucoup au cheval : même un déplacement minime suffit. Ça peut être un pas mais aussi simplement un déplacement de poids dans la direction où nous voulons qu'il aille. Par exemple, vous êtes à gauche, vous exercez une pression sur la hanche gauche, vous voulez que le cheval déplace ses hanche vers la droite. S'il se contente de déplacer son poids sur son postérieur droit et que ses hanches font mine de bouger vers la droite, vous arrêtez tout de suite et vous caressez. Il était dans l'inconfort avec la pression, dès qu'il répond, même un tout petit peu, on relâche, il retrouve son confort, on le récompense et il comprend !

Si le cheval bloque, que vous exercez des pressions devenu très forte avec vos doigts, vous pouvez vous aider du licol. En même temps que vous appuyez avec vos doigts sur les hanches, avec votre autre main et la longe, vous amenez la tête du cheval vers vous, cela l'aidera à tourner !

Après nous allons de l'autre côté pour lui demander la même chose. Nous pouvons recommencer deux ou trois fois de chaque côté, pour confirmer le principe. Nous essayons d'obtenir une reponse un peu plus forte avec un peu moins de pression. Mais inutile de le lasser. Cet exercice sera à refaire les jours suivants... Et toute sa vie ! Car l'apprentissage consistera pour le cheval à répondre de plus en plus à une pression de moins en moins forte.

Lors de l'exercice, le plus dure consiste à s'adapter à chaque cheval et à ressentir sa receptivité. On ne demandera pas la même chose d'un cheval très lourd d'un cheval plus réceptif, léger ! Ce dernier pourra faire plus de pas, pour une pression plus légère. Le premier sera récompensé pour un déplacement de poids ou d'un ou deux pas. Surtout, ne lasser pas le cheval. Il doit rester sur une bonne impression, un bon moment ! Vous devez le récompenser pour sa volonté de bien faire, pas pour avoir fait trois tours sur lui-même ! Il ne s'agit pas d'exercices d'assouplissement mais d'un principe qu'on lui enseigne.

La pression sur l'encolure

Passons maintenant à l'encolure. Ces points de pression seront ceux des rênes d'appui et d'ouverture. Quand, avec une rêne, le cavalier exerce une pression sur le côté droit de l'encolure, le cheval ce déplace à gauche.

Prenons une corde et passons-la autour de l'encolure (attrapons un bout en bas, un bout en haut). Maintenant, nous devons exercer des pressions (toujours le même principe : très légères et de plus en plus fortes si le cheval ne répond pas) tout en reculant : le cheval devra pivoter vers nous en tournant. Nous continuons de reculer pour que le cheval ne se retrouve pas face à nous et qu'il continue à pivoter. Quand il répond, nous arrêtons et récompensons. Cet exercice peut être réalisé à différents endroits : plus la corde est proche des oreilles, plus il va tourner la tête et ses hanches pivoteront autour de ses antérieurs. Au contraire, plus la corde est à la base de l'encolure, plus ce seront des épaules qui tourneront autour des postérieurs. Il est bon de travailler les deux, ainsi toute l'encolure sera sensibilisée.
Revenir en haut Aller en bas
http://chevauxpassion.1fr1.net
kiki
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 35
Localisation : Haute Saône 70
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: La cession à la pression   Lun 13 Fév - 19:18

Le déplacement des épaules

Ensuite, nous passons à l'épaule. Comme pour les hanches, nous allons exercer des pressions non continues, de plus en plus fortes pour faire déplacer les épaules. Les doigts commenceront à exercer sur l'épaule avant de se raprocher peu à peu de la sangle. L'objectif étant de faire bouger les épaules avec une pression très fine à la sangle, là ou sera notre jambe une fois que nous serons à cheval. Encore une fois, n'en demander pas trop à votre compagnon la première fois, le déplacement du garrot dans la bonne direction est suffisant. Si le cheval bloque (ce qui est souvent le cas des entiers pour qui cette partie est associée à des jeux/combats entre entiers et qui vont avoir tendance à s'appuyer sur votre pression plutôt que d'y céder), vous pouvez ici aussi vous aider du licol en orientant la tête du cheval dans la direction vers laquelle vous poussez afin de l'aider à pivoter.

Il ne faut jamais laisser un cheval s'appuyer contre la pression. Reagissez immédiatement, en vous aidant ainsi du licol et ne vous arrêtez jamais avant d'avoir obtenu gain de cause. Dès qu'il a compris, stoppez la pression et caressez.

Comme nous avons préalablement travaillé la cession de la pression à l'encolure, nous pouvons nous aider de cela en ajoutant à la pression sur l'épaule une petite pression sur l'encolure, il devrait alors comprendre qu'il doit céder et se déplacer dans le sens de la pression.

Le reculer

Nous pouvons ensuite travailler un autre point, qui ne sert pas dans le travail monté mais qui peut être utile si nous avons besoin de faire reculer le cheval (pour sotir d'un van par exemple) : le poitrail. Nous nous mettons face à lui et nous exerçons des pressions pour le faire reculer. Cet exercice est difficile pour un cheval, donc encore une fois, nous devons regerder le garrot et si celui-ci se déplace en arrière, c'est déjà bien, nous arrêtons et récompensons notre cheval ! La deuxième fois nous demanderons d'avantage ! Nous ne le répéterons jamais assez : l'important, c'est que le cheval comprenne le principe.
Revenir en haut Aller en bas
http://chevauxpassion.1fr1.net
kiki
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 35
Localisation : Haute Saône 70
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: La cession à la pression   Lun 13 Fév - 19:20

La tête, une zone capitale
Les points de pression sur la tête sont importants, car c'est là que s'exercent les points de pressions du licol et du filet. Nous commençons par les joues. À l'aide du licol, nous exerçons une pression sur le côté droit (en tirant doucement sur le montant gauche) : le cheval doit amener sa tête à gauche et donc faire une flexion de l'encolure. Idem de l'autre côté. Cet exercice peut être réalisé à l'aide de la longe passé autour de la joue.

Pour le chanfrein, à l'aide de la longe ou du licol, nous exerçons une pression vers l'arrière : le cheval doit au minimum plier sa nuque et au plus va déplacer son corps vers l'arrière ou reculer.

La nuque

Enfin, nous pouvons travailler un dernier point de pression, utile notamment pour le travail en bride : la nuque. Nous passons un lasso ou une corde rigide derrière ses oreilles avec les bras bien écartés, face à lui nous nous accroupissons, exerçant ainsi une pression vers le bas. Le cheval doit baisser la tête. Cela sera utile avec une bride pour qu'il se place plus facilement. Mais cela permet également de vérifier qu'il nous fait confiance (en effet dans cette position, il ne peut regarder ce qui se passe autour et de fuir si besoin, il remet danc sa sécurité entre nos mains et montre qu'il nous respecte et nous considère comme leader). Dans cette position, le cheval se décontracte, c'est pourquoi c'est un exercice idéal pour clore la séance.

D'ailleurs n'oubliez pas de rester avec votre cheval quelques minutes dans la carrière ou le rond de longe avant de le ramener au prés ou au box, afin qu'il garde un bon souvenir de la séance.

Ces exercices sont à recommencer régulièrement pour obtenir peu à peu des réponses très fines. Attention toutefois à ne pas ennuyer le cheval. Mais également sachez vous juger : vous devez être parfaitement calme. Certains cavaliers peuvent se concentrer plus longtemps que d'autres, inutile de continuer à travailler si vous perdez patience, vous mettriez de l'émotion dans vos demande, ce que le cheval ne comprend pas, et le travail serait de mauvaise qualité et il serait ensuite plus dur de lui faire comprendre ce que vous voulez. Bref ce serait une perte de temps et une régression. Sachez vous arrêter à temps pour vous et votre cheval.

Quand ce dernier répondre à tous les points de pression, nous aurons tous les outils en main pour pouvoir communiquer avec lui. Nous les transposerons à cheval et ensuite plus aucune figure ne sera impossible à réaliser. Il suffira d'analyser une figure pour comprendre quels point de pression exercer ! En attendant, consolidez bien cet enseignement. Passez-y le temps nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://chevauxpassion.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cession à la pression   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cession à la pression
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pression du turbo.
» répression des fraudes maroc
» Pression anormale dans le vase d'expansion (j5 d'un pote ).
» Tension des courroies distrib et injec flexion et pression ?
» Boutons pression sur la carosserie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dossier :: Travail du cheval :: Eduquez votre cheval avec l'approche éthologique-
Sauter vers: